Un diagnostic et un geste précis

pied à coulisse roche Rolle

Ce qui différencie

l'étiopathie du reste...

La précision du diagnostic

Consulter un étiopathe pour un "check-up" n'existe pas. Si tout va bien pourquoi devrait-on consulter quelqu'un ?...

Quand on va chez un étiopathe, on y va pour se faire soigner. L'étiopathe n'examine pas le patient de la tête aux pieds pour déceler et chercher à corriger chaque "blocage". Si vous avez une jambe qui fait deux millimètres de plus que l'autre, ce n'est pas un problème ou la cause d'un de vos problèmes. C'est votre corps, vous êtes tel que la nature vous a fait et il est bien rare que les choses soient parfaitement symétriques. Alors à votre avis, un bossu qui n'a jamais eu mal au dos, faut-il chercher par tous les moyens à le redresser ? Outre le coté esthétique, forcer à bouger quelque chose sans raison valable aura des conséquences très pénibles...

C'est pour cela que la notion de fonctionnel est fondamentale. Or si quelque chose ne l'est pas, votre corps a vite fait de traduire cela en symptômes ! L'étiopathe ainsi se concentre uniquement sur la pathologie présentée, cherchant et faisant la somme des signes et des symptômes en rapport, de là il pourra induire son diagnostic.

Plus le diagnostic est précis et plus le thérapeute connait son champ d'action,
meilleur sera le geste thérapeutique et plus rapide sera la guérison.

De là découle l'efficacité de l'étiopathe. Il faut compter généralement entre 3 et 5 séances pour venir à bout d'un problème.
(Une dizaine dans des cas beaucoup plus rares, complexes, très anciens ou très inflammatoires).

La précision du traitement

La précision du diagnostic permet la précision du traitement. C'est à dire que l'étiopathe cherche à manipuler uniquement que ce qui est nécessaire et suffisant pour l'obtention de la guérison du patient.

Comme on disait précédemment, il est très facile de trouver tout un tas de blocage chez un patient, mais comme pour l'exemple du bossu, il n'est pas bon de manipuler des articulations sans raison, surtout si elles ne sont pas la cause des problèmes évoqués par le patient.

En ce sens l'approche globale, holistique ou que sais-je encore n'est pas compatible avec l'étiopathie. De la même manière qu'un doigt de pied bloqué ne peut provoquer des maux de têtes... Je me fais l'avocat du diable, expressément, pour bien que vous compreniez la différence entre l'étiopathie et certaines formes d'ostéopathies ou de personnes qui aiment "cumuler les casquettes" ou les métiers.

L'étiopathie utilise la systémique pour connaitre les interactions entre les différents systèmes du corps humain, et surtout pour savoir quelles sont les répercutions d'une manipulation et comprendre quels sont les mécanismes d'une pathologie. Mais ces interactions sont uniquement définies par nos connaissances actuelle de la médecine. L'étiopathie ne se repose pas sur des bases théoriques ésotériques. Elle se repose uniquement sur l'anatomie, la neurologie et la physiologie.

Manipuler

Manipuler peut sembler trop anodin pour certains, ou faire peur à d'autres, c'est selon les expériences des uns ou les histoires des autres. Manipuler n'est pas anodin, loin de là, une thérapie manuelle mal effectuée ne sera pas la bienvenue pour le patient, et pourrait même dans certains cas être préjudiciable pour celui-ci. Manipuler c'est un art, c'est un métier. Il faut savoir pourquoi on le fait, comment et dans quel but. Certains thérapeutes font le choix de la facilité au détriment de la précision et délicatesse. Il faut fuir ceux qui manipulent de cette manière, un manière qualifiée de "balistique", pour éviter de mauvaises expériences !

En ce qui concerne la manipulation des articulations :

Manipuler est un geste thérapeutique uniquement si toutes ces conditions sont respectées :

  • Manipuler uniquement ce qui est nécessaire pour la guérison.
  • Manipuler en douceur : plus le thérapeute est précis dans ses axes, moins il a besoin de force pour mobiliser l'articulation*.
  • Respect de la règle de non-douleur : une manipulation ne doit jamais faire mal !

* Cette précision s'obtient :

  • Par connaissance parfaite de l'anatomie et des surfaces articulaires.
  • Par l'expérience : une thérapie manuelle reste un métier manuel,
    l'expérience permet d'affiner son geste et s'adapter mieux au cas par cas.

Bref, manipuler ne s'improvise pas. Sachez que les six années d'études pour devenir étiopathe sont justifiées. Ce n'est pas un "don", même si certaines personnes ont plus d'affinités ou de facilités à développer cette compétence lors des études. C'est un travail de tous les jours : peaufiner, adapter, affiner son geste. C'est en forgeant qu'on devient forgeron. C'est pour cela qu'on pourrait se permettre d'émettre certaines réserves quand on entend parler de formations courtes dans ce domaine qu'est la thérapeutique manuelle.


Pourquoi cette photo d'un pied à coulisse ? -

Article suivant -

Vous n'êtes pas sans avoir remarqué l'inscription
"P ROCHE ROLLE SUISSE" sur le pied à coulisse !

Pour la petite histoire, Rolle est la ville qui a hébergé, le siècle dernier, une des plus ancienne fabrique d'instrument de précision en Suisse.

La permanence étiopathique du léman soignant des Rollois, même si nous ne faisons pas dans la métrologie, la notion de précision perdure en ces terres !

Je vous cite un article de Yves Merz :
C’est Pierre-François Roch, enseignant à l’école d’horlogerie de La Chaux-de-Fonds, qui créa, en 1896, le premier pied à coulisse à calisseau ouvert.
En 1902, ce génial artisan ouvre un atelier de mécanique de précision à Rolle. La renommée des calibres Roch s’étend bientôt dans le monde entier.
La fabrique a employé jusqu’à 300 personnes. A une époque, à Rolle, sept travailleurs sur dix étaient chez Roch !

Le crédit photographique revient à Hugo Paillard